2021
2022
Calendrier
Calendrier

Pelléas et Mélisande

Claude Debussy

Le plus intime des drames amoureux de l’opéra français ou l’art du sentiment à l’état pur revisité par Eric Ruf de la Comédie-Française

Pelléas et Mélisande
Pelléas et Mélisande © Vincent Pontet
Pelléas et Mélisande
Pelléas et Mélisande © Vincent Pontet
Pelléas et Mélisande
Pelléas et Mélisande © Vincent Pontet

Distribution

François-Xavier Roth | direction
Eric Ruf | mise en scène et scénographie
Christian Lacroix | costumes
Bertrand Couderc | lumière

Patricia Petibon | Mélisande
Stanislas de Barbeyrac | Pelléas
Sir Simon Keenlyside | Golaud
Jean Teitgen | Arkel
Lucile Richardot | Geneviève
Chloé Briot | Yniold
Thibault de Damas | Le médecin

Les Siècles
Chœur Unikanti | direction Gaël Darchen

Opéra chanté en français, surtitré en français et en anglais

A lire

Debussy assista en compagnie de Mallarmé à l’unique représentation de la pièce de Maeterlinck en 1893. Ce fut un choc pour lui. Il y trouva, dans la prose comme dans cette atmosphère si particulière et nouvelle, l’écho de ses propres interrogations. Depuis longtemps déjà, Debussy cherchait une forme musicale où les personnages chanteraient «naturellement» et non dans une langue constituée à ses yeux de « traditions surannées ». Ici, la «matière littéraire» est indéniablement novatrice pour un ouvrage lyrique, faisant alterner folle sensualité et noire violence. Ce qu’il y a aussi d’incroyablement moderne dans l’ouvrage, c’est une certaine idée du destin, celui que l’on subit et que le compositeur traduit notamment par ces silences éloquents dont l’œuvre est constellée. Mais la langue ne fait pas tout dans cette œuvre à part. L’orchestre y est merveilleux, autant par ses fulgurances que par sa subtilité à accompagner, à souligner, à porter le texte. Au final, l’ouvrage offre de l’humanité un spectacle désolant, d’où sont exclus l’espoir et la rémission. Même l’innocence des amoureux, ne trouve ici grâce. Mais quelle œuvre ! Par sa force et sa modernité, elle est de celles qui ont « frayé un chemin que d’autres pourront suivre » comme le prophétisait son auteur.

Pour servir ce drame poétique, le comédien, metteur en scène, scénographe, et «patron» du Français Eric Ruf s’est attaché à la matière intrinsèquement théâtrale de l’ouvrage. Sa vision nous entraîne ici dans un élégant jeu de la matière et des sens entre réalisme minéral et onirisme aquatique. La partie musicale est confiée cette fois-ci à François-Xavier Roth qui fait à cette occasion, ses début en fosse avenue Montaigne à la tête de son ensemble Les Siècles. Quant au jeune couple, on retrouve Patricia Petibon dans le rôle hors-norme de Mélisande face cette fois-ci au Pelléas de Stanislas de Barbeyrac et au Golaud de Simon Keenlyside.

COPRODUCTION Théâtre des Champs-Elysées | Opéra de Dijon | Stadttheater Klagenfurt | Théâtre du Capitole | Opéra de Rouen Normandie

Vous aimerez aussi

Jules Massenet

Le plus populaire des opéras de Massenet explore avec audace la passion amoureuse féminine sous la baguette de Daniele Rustoni.

Rameau, Ravel, Couperin, Debussy

Fazil Say en terres françaises entre le classicisme de Couperin et l’impressionnisme de Ravel et Debussy.

Gaspare Spontini

La Vestale de Spontini, une oeuvre à la croisée des styles est d’une flamboyance impériale.

Des cookies et traceurs permettent d’améliorer votre expérience sur le site.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus cliquez ici